Charlotte Danino : quel modèle mental se dégage des récits d’accouchement ? Une étude de sémantique sociocognitive

Cette communication explore les notions tutélaires du séminaire dans une étude linguistique et discursive des récits d’accouchement anglophones (britannique, américain, australien). Ancré dans un travail sur les récits d’événements et les comptes-rendus d’expérience, l’étude participe d’un travail pluridisciplinaire au sein du Projet Innovant « Birth(ing) Stories » de la Sorbonne Nouvelle. Une première partie de la communication présente les enjeux de l’expérience contemporaine de l’accouchement et de son récit, notamment numérique, base de l’étude. A la fois expérience personnelle intime et événement collectif ritualisé, l’accouchement place l’expérience féminine à l’interface entre vécu intérieur et monde extérieur, entre individu et société, entre nature et culture. Ces interfaces sont largement revisitées tant dans le débat public que dans les sciences humaines et sociales. 

Continuer la lecture de « Charlotte Danino : quel modèle mental se dégage des récits d’accouchement ? Une étude de sémantique sociocognitive »

Elodie Grossi : Aliénation et émancipation dans les asiles ségrégués du sud des États-Unis – racialisation, travail forcé et résistance des patients

Entre 1870 et 1910, de nombreux hôpitaux psychiatriques et asiles ouvrirent dans les États du Sud des États-Unis. Ces institutions avaient la particularité de traiter des patients noirs et blancs dans des espaces distincts. En s’appuyant sur des documents d’archives rassemblés en Louisiane, en Virginie et en Caroline du Nord révélant le quotidien des patients, il sera question de dévoiler les modalités de traitement des internés noirs par rapport aux activités proposées à leurs homologues blancs, dans ces institutions régies exclusivement par l’autorité médicale blanche.

Continuer la lecture de « Elodie Grossi : Aliénation et émancipation dans les asiles ségrégués du sud des États-Unis – racialisation, travail forcé et résistance des patients »

Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection

Abstract

In the following presentation, Virginia Woolf’s A Room of One’s Own is analysed as a text that paradoxically shows Woolf’s resistance to feminist ideas. This presentation revolves around an ongoing project on women’s resistance to feminism that is being carried out at Aix-Marseille University. The question raised in the Women and the F-word project is: how can we account for women’s reluctance or refusal to be identified as feminists? What feminism, or what aspect of feminist ideas, is targeted by women covertly opposing it? By returning to Woolf’s text, Nicolas Pierre BOILEAU argues that the place of Woolf’s resistance is in her authorial stance and her enunciation, for the author does not oppose the patriarchal institution only, but all discourses which she relentlessly seeks to challenge.

Continuer la lecture de « Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection »

Ophélie Siméon: “Robert Owen et l’expérience de New Lanark: entre aliénation et émancipation (1800-1820)”

Résumé

“Père du socialisme britannique” dans les années 1830 et 1840, Robert Owen (1771-1858) est surtout passé à la postérité comme représentant d’un socialisme dit “utopique”. L’appellation est cependant trompeuse. Dans le Manifeste du parti communiste (1848), Marx et Engels ont en effet vu en lui un socialiste “critico-utopique”. C’est qu’Owen a débuté sa carrière politique en tant qu’industriel éclairé, décidé à apporter un ensemble de réponses à la question sociale au sein de la filature de New Lanark (Écosse) qu’il dirige de 1800 à 1825.

Continuer la lecture de « Ophélie Siméon: “Robert Owen et l’expérience de New Lanark: entre aliénation et émancipation (1800-1820)” »

Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation »

Résumé

Il s’agira d’aborder le vocabulaire de la maladie mentale en anglais, en concentrant l’étude sur les euphémismes, et plus généralement sur toutes les formules d’indirection, utilisés par les patient/es pour référer à la/leur maladie mentale. On reviendra sur les notions clés (« tabou », « euphémismes », « dysphémismes », etc.) et sur les raisons pour lesquelles la maladie – physique comme mentale – demeure un domaine tabou productif d’euphémismes et de formulations indirectes en anglais contemporain. Le corpus sera composé de témoignages de 116 anglophones britanniques, rédigés entre le 31 mai 2017 et le 30 mai 2019, soit sur une période de 2 ans. Les témoignages de la sous-catégorie « Talking about mental health » ont été choisis, car ils représentent un espace d’échanges sur lequel les internautes souffrant de maladies mentales parlent de l’importance de la parole comme moyen d’émancipation de l’aliénation que représentent non seulement la maladie mentale, mais aussi les réactions discursives ou non des « bien-portants ». Ce corpus de quelque 80.000 mots sera tout d’abord analysé quantitativement, afin de voir quels sont les lemmes clés du discours de la maladie mentale, grâce à plusieurs outils de la linguistique outillée. Suivra alors une analyse plus qualitative afin de dégager quels sont les euphémismes et formules d’indirection auxquels les patients ont recours, et si ces derniers permettent de par le recours à un autre signe linguistique de s’émanciper, in fine, de cette aliénation que représente la maladie mentale.

Continuer la lecture de « Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation » »

Laure Gardelle : Les usages non discriminants du genre : comment éviter l’invisibilité sans risquer l’exclusion ? Perspective comparée anglais-français

Résumé

Les revendications d’égalité sociale entre femmes et hommes se sont accompagnées, dans le débat public depuis la fin du XXe siècle, d’une revendication d’égalité linguistique, revendication portée aujourd’hui au niveau institutionnel. Elle concerne notamment la catégorie grammaticale du genre, qui bien qu’elle soit en partie (voire largement) arbitraire dans son fonctionnement général, est sémantiquement motivée pour les humains. Les études du pronom he générique en anglais ont par exemple prouvé dès les années 1970 qu’il faisait systématiquement de l’humain prototypique un homme.

Continuer la lecture de « Laure Gardelle : Les usages non discriminants du genre : comment éviter l’invisibilité sans risquer l’exclusion ? Perspective comparée anglais-français »

Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue”

Le séminaire accueille cette semaine Jean-Jacques Lecercle, professeur émérite de l’université Paris Nanterre.

Résumé

La communication vise à transporter, par traduction culturelle, les trois termes cadres du séminaire (émancipation, aliénation, dialectique) dans les termes d’une philosophie du langage centrée sur la dialectique de l’interpellation et de la contre-interpellation, avec pour objectif ultime une défense et illustration de l’anglistique en tant que discipline unitaire, au cœur de la quelle se trouve la stylistique.

Continuer la lecture de « Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue” »