Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation »

Résumé

Il s’agira d’aborder le vocabulaire de la maladie mentale en anglais, en concentrant l’étude sur les euphémismes, et plus généralement sur toutes les formules d’indirection, utilisés par les patient/es pour référer à la/leur maladie mentale. On reviendra sur les notions clés (« tabou », « euphémismes », « dysphémismes », etc.) et sur les raisons pour lesquelles la maladie – physique comme mentale – demeure un domaine tabou productif d’euphémismes et de formulations indirectes en anglais contemporain. Le corpus sera composé de témoignages de 116 anglophones britanniques, rédigés entre le 31 mai 2017 et le 30 mai 2019, soit sur une période de 2 ans. Les témoignages de la sous-catégorie « Talking about mental health » ont été choisis, car ils représentent un espace d’échanges sur lequel les internautes souffrant de maladies mentales parlent de l’importance de la parole comme moyen d’émancipation de l’aliénation que représentent non seulement la maladie mentale, mais aussi les réactions discursives ou non des « bien-portants ». Ce corpus de quelque 80.000 mots sera tout d’abord analysé quantitativement, afin de voir quels sont les lemmes clés du discours de la maladie mentale, grâce à plusieurs outils de la linguistique outillée. Suivra alors une analyse plus qualitative afin de dégager quels sont les euphémismes et formules d’indirection auxquels les patients ont recours, et si ces derniers permettent de par le recours à un autre signe linguistique de s’émanciper, in fine, de cette aliénation que représente la maladie mentale.

Continuer la lecture de « Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation » »

Laure Gardelle : Les usages non discriminants du genre : comment éviter l’invisibilité sans risquer l’exclusion ? Perspective comparée anglais-français

Résumé

Les revendications d’égalité sociale entre femmes et hommes se sont accompagnées, dans le débat public depuis la fin du XXe siècle, d’une revendication d’égalité linguistique, revendication portée aujourd’hui au niveau institutionnel. Elle concerne notamment la catégorie grammaticale du genre, qui bien qu’elle soit en partie (voire largement) arbitraire dans son fonctionnement général, est sémantiquement motivée pour les humains. Les études du pronom he générique en anglais ont par exemple prouvé dès les années 1970 qu’il faisait systématiquement de l’humain prototypique un homme.

Continuer la lecture de « Laure Gardelle : Les usages non discriminants du genre : comment éviter l’invisibilité sans risquer l’exclusion ? Perspective comparée anglais-français »

Claire Deligny: “Alienation, emancipation and the lunatic asylum model in Britain, c. 1845-1914”

Claire Deligny (rattachée au LARCA/Université Paris Diderot) vient nous parler de l’élaboration et l’évolution du modèle asilaire victorien et édouardien. Le discutant était David Frank Allen (Université Rennes 2)

Abstract

Based upon the analysis of three Lancashire asylums at Lancaster, Prestwich and Rainhill, this paper examines the evolution of the lunatic asylum model from 1845 to 1914. It first focuses on the linear narratives of asylum treatment in the mid-nineteenth century, hinged upon a teleological rationale equating confinement in asylums with the emancipation of the insane. It goes on to examine the elaboration of therapeutic landscapes across the three asylums, with the erection of the asylums at Rainhill and Prestwich, contrasting with the efforts produced at Lancaster to align with relatively new ideals of moral treatment and non-restraint. This allows to deconstruct the contemporary “rhetoric of emancipation”, in particular through illustrations of resistance, from the patients as well as the attendants. An analysis of the links between the asylum and the Poor Law authorities further point at competing rhetorics of alienation and emancipation characterizing asylum treatment. The last section of this paper focuses on the influence of theories of degeneration and eugenics in the shaping of an Edwardian lunatic asylum model. The latter is characterized by a move from an individual conception of emancipation -taken as liberation and de-alienation- to a collective one -the emancipation of the community- culminating with the 1913 legislation on mental deficiency. This paper helps put in perspective the alienation/emancipation rhetoric, still used nowadays to defend or condemn the consequences of the de-institutionalization movement and the subsequent rise of care in the community.

Continuer la lecture de « Claire Deligny: “Alienation, emancipation and the lunatic asylum model in Britain, c. 1845-1914” »

Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue”

Le séminaire accueille cette semaine Jean-Jacques Lecercle, professeur émérite de l’université Paris Nanterre.

Résumé

La communication vise à transporter, par traduction culturelle, les trois termes cadres du séminaire (émancipation, aliénation, dialectique) dans les termes d’une philosophie du langage centrée sur la dialectique de l’interpellation et de la contre-interpellation, avec pour objectif ultime une défense et illustration de l’anglistique en tant que discipline unitaire, au cœur de la quelle se trouve la stylistique.

Continuer la lecture de « Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue” »

Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince »

Nous accueillons cette semaine Frédéric Regard au sujet de son travail sur le récit de l’ancienne esclave Mary Prince (1788-1833)

Résumé

Lorsqu’en 1831 paraît en Angleterre The History of Mary Prince, l’effet est considérable. Ce n’est pas seulement qu’il s’agit du premier récit autobiographique d’une femme noire,  c’est surtout que l’ouvrage révèle au public anglais la réalité de la vie des esclaves aux Antilles, déclenchant une indignation de l’opinion qui mènera à l’abolition de l’esclavage. Un tel effet, disproportionné au regard de l’événement, mérite que l’on s’y intéresse de près :quelles stratégies rhétoriques, quels dispositifs énonciatifs, purent donc porter un coup fatal à un système sur lequel reposait pourtant pour bonne part  la richesse de l’Empire britannique ?

Continuer la lecture de « Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince » »

Editing and Translating North American Slave Narratives: A Cross-Cultural Dialogue

Cette toute première séance du séminaire nous a permis d’accueillir Richard J. M. Blackett venu nous présenter son travail sur William and Ellen Craft, accompagné de Claire Parfait, Marie-Jeanne Rossignol et Michaël Roy

Introduction

The scholarly editing of antebellum slave narratives poses particular problems linked to their complex publication histories and to the racial dynamics of the American abolition movement: A Narrative of the Adventures and Escape of Moses Roper, from American Slavery was published in at least ten American and British editions between 1837 and 1848; The Life of Josiah Henson, Formerly a Slave (1849) was entirely rewritten in the style of Harriet Beecher Stowe’s Uncle Tom’s Cabin and published as Truth Stranger than Fiction: Father Henson’s Story of His Own Life in 1858; Harriet Jacobs’s Incidents in the Life of a Slave Girl (1861) was heavily edited by white abolitionist Lydia Maria Child, much to the dismay of its author. How have modern critical editions of slave narratives tackled—or failed to tackle—these textual issues? Drawing from their own experience, R. J. M. Blackett (Vanderbilt University), Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris Diderot), Claire Parfait (Université Paris 13) and Michaël Roy (Université Paris Nanterre) will discuss the stakes of editing North American slave narratives and translating them for a French audience.

Continuer la lecture de « Editing and Translating North American Slave Narratives: A Cross-Cultural Dialogue »