Delphine Cadwallader: Wilkie Collins, les souris et les femmes

La médecine aliénante et la fiction émancipatrice au XIXème siècle en Grande Bretagne – discutante : Claire Deligny

Cette intervention s’intéressera à la façon dont la littérature sert de révélateur du discours médical sur les aliénés à l’époque victorienne et propose une thérapie, non pas au mal qui frappe différents personnages (féminins), mais au traitement médical qui les aliène encore davantage. La médecine, en d’autres termes, est considérée par certains comme dangereuse, nocive, comme un pouvoir inquiétant. Elle enferme, par sa nosologie et ses choix de traitements, les patientes dans un abyme de non sens et de perte d’identité. Seul le récit, de soi ou de l’autre, semble alors à même de retisser tous les fils de la personnalité écartelée de ces patientes. 

Ma démarche sera donc binaire : je m’intéresserai à la façon dont le discours médical d’une part déshumanise ses sujets (et je me concentrerai principalement sur les femmes victimes de maladies mentales), et pourquoi il le fait – en m’interrogeant également sur l’existence même des maux que la médecine dit traiter. 

Je nourrirai d’autre part mon propos des écrits fictionnels de Wilkie Collins, auteur sensationnaliste de la seconde moitié du XIXème siècle qui écrivit ses romans pendant la période durant laquelle le discours médical devient scientifique (notion également discutable nous le verrons). Je me pencherai sur la façon dont l’action des médecins inventés par le romancier aliènent leurs patientes que seul le récit, la narration, l’invention et la réinvention par le Verbe parvient à réparer quand c’est encore possible. 

Cette démarche servira à interroger la place du roman dans l’histoire du discours médical, sa valeur pour les médecins et son usage en médecine même. 


Delphine Cadwallader enseigne la médecine narrative à Sorbonne Universités (unité DMG Pierre et Marie Curie), dirige des thèses de médecine générale sur la représentation du soin et de la maladie et est experte dans des formations continues auprès de médecins généralistes sur l’éthique du soin. Son domaine de spécialité est la littérature du XIXème siècle en Grande-Bretagne et l’histoire du discours médical à l’époque de la naissance de la Clinique. Elle s’intéresse désormais aux conséquences, dans les relations de soins actuels, aux conséquences que la construction positiviste du discours médical au XIXème siècle a sur la pratique de la médecine de nos jours.



Citer ce billet
Alice Braun (2023, 1 février). Delphine Cadwallader: Wilkie Collins, les souris et les femmes. Aliénation/Émancipation. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d1n7

Auteur/autrice : Alice Braun

Maîtresse de conférences en anglais à l’université Paris Nanterre/Senior lecturer in English at the Paris Nanterre university.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search