Fabienne Moine : ‘Songs in the Night’: pratiques poétiques dans les workhouses à l’époque victorienne

La grande majorité des documents relatifs aux workhouses proviennent des sources officielles. Mais l’exploration récente d’écrits de résidents, comme les lettres de plainte, et de productions littéraires, telles certaines autobiographies, modifie le regard porté sur la vie dans les workhouses et ainsi remet en cause la capacité de cette institution à réduire les pauvres au silence. Les poèmes des résidents sont une autre source peu analysée jusqu’à maintenant, principalement parce qu’ils sont rares. Les pratiques poétiques des résidents des workhouses permettent d’explorer les différents rapports que les indigents entretiennent avec le pouvoir institutionnel.


Il s’agira dans cette présentation de mettre en évidence les spécificités des poèmes écrits par les résidents des workhouses et d’explorer les façons dont ceux-ci acquièrent une forme d’agentivité au sein d’une « institution totale ». Comment leur relation avec l’institution est-elle donc à la fois intériorisée et exploitée à travers l’activité poétique ? Comment l’institution peut-elle être propice à la construction du « workhouse poet » et à la production de « workhouse poetry » ? L’objectif de cette présentation est de porter un autre regard sur l’inhumanité de cette institution sociale et sur l’aliénation dont les indigents seraient victimes, puisque, sans elle, leurs poèmes n’auraient sans doute jamais pu être écrits.


Fabienne Moine est professeure de civilisation britannique à l’Université Paris Est Créteil. Sa recherche porte sur l’histoire et les pratiques sociales à l’époque victorienne qu’elle explore à travers les productions culturelles, principalement la poésie. Elle a publié Women Poets in the Victorian Era: Cultural Practices and Nature Poetry (Routledge 2016) qui examine comment les Victoriennes abordent les principales questions sociales à travers leurs poèmes naturalistes, scientifiques et animaliers. Ses recherches plus récentes portent sur les cultures littéraires populaires et ouvrières, surtout la poésie, produites au sein des institutions victoriennes.


Auteur/autrice : Alice Braun

Maîtresse de conférences en anglais à l’université Paris Nanterre/Senior lecturer in English at the Paris Nanterre university.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search