Claire Deligny: “Alienation, emancipation and the lunatic asylum model in Britain, c. 1845-1914”

Claire Deligny (rattachée au LARCA/Université Paris Diderot) vient nous parler de l’élaboration et l’évolution du modèle asilaire victorien et édouardien. Le discutant était David Frank Allen (Université Rennes 2)

Abstract

Based upon the analysis of three Lancashire asylums at Lancaster, Prestwich and Rainhill, this paper examines the evolution of the lunatic asylum model from 1845 to 1914. It first focuses on the linear narratives of asylum treatment in the mid-nineteenth century, hinged upon a teleological rationale equating confinement in asylums with the emancipation of the insane. It goes on to examine the elaboration of therapeutic landscapes across the three asylums, with the erection of the asylums at Rainhill and Prestwich, contrasting with the efforts produced at Lancaster to align with relatively new ideals of moral treatment and non-restraint. This allows to deconstruct the contemporary “rhetoric of emancipation”, in particular through illustrations of resistance, from the patients as well as the attendants. An analysis of the links between the asylum and the Poor Law authorities further point at competing rhetorics of alienation and emancipation characterizing asylum treatment. The last section of this paper focuses on the influence of theories of degeneration and eugenics in the shaping of an Edwardian lunatic asylum model. The latter is characterized by a move from an individual conception of emancipation -taken as liberation and de-alienation- to a collective one -the emancipation of the community- culminating with the 1913 legislation on mental deficiency. This paper helps put in perspective the alienation/emancipation rhetoric, still used nowadays to defend or condemn the consequences of the de-institutionalization movement and the subsequent rise of care in the community.

Asile de Rainhill

Claire Deligny est docteure en civilisation britannique, agrégée d’anglais et PRAG à la Faculté de Pharmacie de l’Université Paris Sud depuis 2016. Sa recherche se concentre sur l’élaboration d’une politique de santé publique en matière psychiatrique jusqu’au début de la Première Guerre mondiale. Sa thèse s’est penchée sur les liens idéologiques et institutionnels entre folie et pauvreté dans l’Angleterre du XIXème siècle. Elle repose sur l’analyse de trois institutions dans le Lancashire (Lancaster, Prestwich et Rainhill), à partir de la loi asilaire de 1845 qui marque les débuts de l’asile public. L’échelon régional permet d’examiner ces institutions ainsi que leurs interactions dans un maillage administratif de plus en plus complexe. De façon plus large, cette thèse démontre la difficile intégration de l’institution asilaire dans un discours de santé publique qui s’élargit et se modifie à la fin du XIXème siècle. Ses publications récentes incluent une étude sur les liens entre immigration et internement psychiatrique jusqu’au Aliens Act de 1905 (paru dans un chapitre de l’ouvrage International Migrations in the Victorian Era édité par Marie Ruiz chez Brill en 2018). Elle a également travaillé sur les représentations des asiles dans la presse locale et l’enjeu politique de telles représentations (article à paraître en 2019).

Ecoutez l’intervention de Claire Deligny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.