Béatrice Robic : Another bumpy road to emancipation: the plight of children juggling school and work in England between 1870 and 1914

24 avril 2024 – 17h-19H.

Séance en ligne, merci de vous inscrire en cliquant sur ce lien

Le discutant sera Yann Béliard (Université Sorbonne Nouvelle)

Abstract

In late nineteenth century and early twentieth century England and Wales, the slow but irresistible spread of universal elementary education up to the age of fourteen posed a serious challenge to many employers and working-class households. This indeed was a moment when the demand for and supply of child workers were strong in all the sectors of the economy. In fact, so imperious was the call of labour in some trades and places that, in order to cushion the blow, special dispensations were granted by the State from the outset, allowing parents to withdraw their children from school for good long before they had completed their education journey. Most early school-leavers then would enter the labour market as full-time workers. Moreover, throughout the period under study, it remained legal to employ schoolchildren, either out of school hours, regardless of their age, or during half of a school’s yearly sessions, under what was known as the “half-time system”, provided certain conditions were met.

Continuer la lecture de « Béatrice Robic : Another bumpy road to emancipation: the plight of children juggling school and work in England between 1870 and 1914 »

Claire Wrobel: Aux origines de la « société de contrôle » ? Relire le roman gothique anglais du XVIIIe siècle au prisme des théories de la surveillance

Claire Wrobel (Université Paris 2-Assas) vient nous parler de son nouvel ouvrage : Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre : 1764-1842. La discutante sera Emmanuelle de Champs (Université de Cergy)

Résumé

Le ressort narratif de l’enfermement et de l’évasion est récurrent dans le roman anglais du XVIIIe siècle. Les tropes mis en place dès le Castle of Otranto (1764), de Horace Walpole, incluent entre ces deux pôles des scènes de poursuite réécrites et développées par la suite. Le roman gothique s’est également montré particulièrement perméable à l’« escapologie » du discours des Lumières, dans lequel l’émancipation était un « mot-clé » (Roy Porter 2000), fournissant en retour de nombreuses métaphores et mises en fiction. Son substrat idéologique peut en ce sens être lu en lien avec une historiographie Whig selon laquelle l’Angleterre du XVIIIe siècle était libérée d’un passé marqué par la prédominance de la « souveraineté » telle que Michel Foucault décrit ce modèle de pouvoir dans Surveiller et punir (1975). Une lecture à contretemps, ou intempestive, du gothique permet de mettre en évidence la tension entre ce modèle et le pouvoir disciplinaire émergent. Cependant la surveillance dans les romans gothiques ne s’exerce pas uniquement au sein d’institutions disciplinaires telles que les monastères, asiles et autres prisons qui abondent par exemple dans Melmoth the Wanderer (1820). Par son aspect insaisissable, elle évoque aussi la « société de contrôle » telle que Gilles Deleuze la définit à partir de 1990. La temporalité complexe du gothique permet ainsi de remettre en question le modèle linéaire selon lequel souveraineté, discipline et contrôle se succèderaient de façon hermétique et d’explorer les « configurations complexes et hétérogènes des manières d’être gouverné » (Olivier Razac 2023). De plus, dans le roman gothique tel que pratiqué par exemple par Ann Radcliffe, l’attention accordée à la place du (dé)chiffrement permet de mettre en perspective la part de mise en récit et d’interprétation qui persiste dans les technologies de surveillance contemporaines. À partir des analyses présentées dans Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842), cette intervention tentera d’esquisser ce que pourrait être une archéologie de la surveillance et de ses représentations culturelles dans une perspective « longue durée », qui mobiliserait et complèterait les outils fournis par les « surveillance studies ». 

Continuer la lecture de « Claire Wrobel: Aux origines de la « société de contrôle » ? Relire le roman gothique anglais du XVIIIe siècle au prisme des théories de la surveillance »

Hélène Solot : “I want back home where I can do as I please”: revendications et résistances des soldats américains au sein de l’institution militaire pendant la Seconde Guerre mondiale.

Plus de douze millions d’hommes et de femmes ont servi dans les forces armées américaines au cours de la Seconde Guerre mondiale. L’historien John Keegan a parlé de « choc culturel » pour décrire leur expérience de la stricte discipline et de l’organisation hiérarchique caractérisant l’institution militaire. Le souhait de favoriser leur « adaptation » (adjustment) fut l’une des raisons de la création en 1941 au sein de l’armée de la Section de recherche (Research Branch, War Department). Composée de chercheurs en sciences sociales placés sous la direction scientifique du sociologue Samuel A. Stouffer, cette unité a réalisé plus de deux cents enquêtes au cours du conflit, interrogeant plusieurs centaines de milliers de soldats aux Etats-Unis comme dans les théâtres d’opérations extérieurs. Cette intervention se basera sur une revisite de certains résultats de leurs études, en particulier des commentaires rédigés par les soldats en réponse à des questions ouvertes. En se penchant en particulier sur le cas de soldats condamnés pour s’être absentés sans permission (Absence Without Leave) et des soldats noirs aux prises avec les discriminations et la ségrégation, elle montrera que les enquêtes témoignent de la dimension aliénante de l’expérience militaire mais aussi d’efforts pour rechercher ou justifier des formes d’émancipation.

Le discutant sera François Doppler-Speranza

Hélène Solot est maîtresse de conférences en histoire et civilisation des Etats-Unis à l’université Paris Nanterre et ses recherches portent sur l’histoire des rapports entre guerre, forces armées et société. Sa thèse de doctorat (EHESS, 2022) porte sur les contributions des chercheurs en sciences sociales à la « gestion » (management) des soldats américains pendant la Seconde Guerre mondiale et les premières années de la guerre froide.

Julie Loison-Charles : Les mots français en anglais comme force d’émancipation : trois études de cas entre littérature et traduction

Dans ma communication, j’aimerais explorer trois textes où le français joue un rôle émancipateur, en remontant le fil du temps pour voir les différentes modalités esthétiques, éthiques ou encore politiques que le français peut adopter selon les époques et les histoires littéraires nationales. J’interrogerai aussi la capacité qu’a (ou non) la traduction à conserver, déplacer ou amplifier ce pouvoir d’émancipation, notamment dans le cas difficile où le français est aussi la langue cible de la traduction. 

Continuer la lecture de « Julie Loison-Charles : Les mots français en anglais comme force d’émancipation : trois études de cas entre littérature et traduction »

Alice Bonzom : “The handcuffs are very beneficial to naughty passionate young girls”: disciplining and punishing female prisoners, defying and disobeying British gaolers (1860s-1910s)

Female prisoners, not unlike other categories of women, have often been invisibilised, kept quiet, out of sight and out of (their?) mind(s). Both as prisoners and as women, they are often relegated to the footnotes of history books. While there were a lot less women in long-term and short-term prisons than men, in the second half of the 19th century until World War I, female prisoners were conceived of as particularly problematic. They raised specific issues due to their supposed ‘natures’; portrayed as women on the edge of normality and femininity, and on the edge of a nervous breakdown, they confronted the authorities with disciplinary issues that were interpreted as specifically female problems. A prison medical officer interviewed by a government committee in the 1890s claimed that there were “naughty passionate young girls” who needed to be disciplined and punished. But just how (in)docile were women’s bodies and minds in late Victorians and Edwardian prison? Regulated and subdued, they were also, at times, rebellious and ingenious, deviant and defiant. By shifting perspectives, this paper intends to study the alienation and emancipation of women in prison, exploring both how they were seen and constrained from above, and how they defied the rules, disobeyed orders and tried to “unshackle” themselves.

Continuer la lecture de « Alice Bonzom : “The handcuffs are very beneficial to naughty passionate young girls”: disciplining and punishing female prisoners, defying and disobeying British gaolers (1860s-1910s) »

Neil Davie :”Emancipation behind bars? British prison reform and the chimera of reformative isolation, 1820-1865″

The period between 1820 and 1865 coincided with a vigorous – and sometimes heated – debate in Britain about the role of the prison in the country’s criminal justice system. It was during these years that incarceration emerged as the central response of the country’s legislators and policymakers to punish convicted criminals. The emergence of the prison did not go unchallenged, however; nor was there agreement among reformers on just what these new institutions should look like. Indeed, a considerable source of the heat noted above came from rivalry between different groups of reformers concerning how the new prisons should function. Today’s paper focuses on one of those rival factions within the prison reform movement, which favoured what was known as “the separate system”. For the supporters of separate confinement, many of them fired by evangelical Christianity, penal isolation – and the introspection seen as its concomitant – was a formidable tool of reform, allowing prisoners, in time, to be stripped of their delinquent propensities and re-shaped as useful, upright members of the community. In short, prison had the power to bring emancipation. A study of three leading “separators” of the period will reveal that while some remained blind to the mounting evidence of the mental and physical cost for prisoners of prolonged cellular isolation, others struggled to reconcile these dangers with the purported benefits. The results of these debates would have a profound impact on the experience of imprisonment in Victorian and Edwardian Britain.

Continuer la lecture de « Neil Davie :”Emancipation behind bars? British prison reform and the chimera of reformative isolation, 1820-1865″ »

Nicolas Bourgès : Freeing the soul from alienating sins – an analysis of edifying stories about executed convicts in 18th-century English texts and sermons.

Texts about convicts sentenced to death in 18th-century English prisons show how sin was considered as a sign of alienation from the social and religious community. Specific sermons were written on the matter in order to show those prisoners what was at stake for them when facing divine judgement, using repentance as a central argument for emancipation from sin. Those sermons were then published in order to create edifying stories which were supposed to show what would happen to anyone sinking into a life of crime. I will focus on an argumentative analysis of those works and others – confessions and letters – to point out their moral, religious and philosophical dimension, as well as some of their limits, while setting them in the context of the debate about capital punishment in 18th-century England.

Continuer la lecture de « Nicolas Bourgès : Freeing the soul from alienating sins – an analysis of edifying stories about executed convicts in 18th-century English texts and sermons. »

Fabienne Moine : ‘Songs in the Night’: pratiques poétiques dans les workhouses à l’époque victorienne

La grande majorité des documents relatifs aux workhouses proviennent des sources officielles. Mais l’exploration récente d’écrits de résidents, comme les lettres de plainte, et de productions littéraires, telles certaines autobiographies, modifie le regard porté sur la vie dans les workhouses et ainsi remet en cause la capacité de cette institution à réduire les pauvres au silence. Les poèmes des résidents sont une autre source peu analysée jusqu’à maintenant, principalement parce qu’ils sont rares. Les pratiques poétiques des résidents des workhouses permettent d’explorer les différents rapports que les indigents entretiennent avec le pouvoir institutionnel.

Continuer la lecture de « Fabienne Moine : ‘Songs in the Night’: pratiques poétiques dans les workhouses à l’époque victorienne »

Delphine Cadwallader: Wilkie Collins, les souris et les femmes

La médecine aliénante et la fiction émancipatrice au XIXème siècle en Grande Bretagne – discutante : Claire Deligny

Cette intervention s’intéressera à la façon dont la littérature sert de révélateur du discours médical sur les aliénés à l’époque victorienne et propose une thérapie, non pas au mal qui frappe différents personnages (féminins), mais au traitement médical qui les aliène encore davantage. La médecine, en d’autres termes, est considérée par certains comme dangereuse, nocive, comme un pouvoir inquiétant. Elle enferme, par sa nosologie et ses choix de traitements, les patientes dans un abyme de non sens et de perte d’identité. Seul le récit, de soi ou de l’autre, semble alors à même de retisser tous les fils de la personnalité écartelée de ces patientes. 

Continuer la lecture de « Delphine Cadwallader: Wilkie Collins, les souris et les femmes »

Elise Brault-Dreux : “there is poetry / all over the walls of oncology / and i want to get out” (Sarah Broom)

Presentation

I will be presenting a selection of 20th– and 21st-century British poems that all relate an experience of the hospital. 

Grounded in the philosophy of care, the study of my corpus of poems rests on three interrelated aspects that are at the heart of hospitalization: as soon as he or she enters this so peculiar space, the patient’s social status is jeopardized; this social vulnerability is combined with a primarily physical experience, and with an intense ontological trial. And however one considers hospitalization (in its social, physical, or ontological dimensions), at some point or another it involves a feeling of alienation: the reduction to the sole status of a patient alienates the individual’s social identity; pain, treatment, alteration contribute to a feeling of physical alienation; and the end of the illusion of eternal health that is more or less violently revealed when one arrives in hospital gives way to an intense feeling of ontological alienation.

Continuer la lecture de « Elise Brault-Dreux : “there is poetry / all over the walls of oncology / and i want to get out” (Sarah Broom) »

Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection

Abstract

In the following presentation, Virginia Woolf’s A Room of One’s Own is analysed as a text that paradoxically shows Woolf’s resistance to feminist ideas. This presentation revolves around an ongoing project on women’s resistance to feminism that is being carried out at Aix-Marseille University. The question raised in the Women and the F-word project is: how can we account for women’s reluctance or refusal to be identified as feminists? What feminism, or what aspect of feminist ideas, is targeted by women covertly opposing it? By returning to Woolf’s text, Nicolas Pierre BOILEAU argues that the place of Woolf’s resistance is in her authorial stance and her enunciation, for the author does not oppose the patriarchal institution only, but all discourses which she relentlessly seeks to challenge.

Continuer la lecture de « Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection »

Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue”

Le séminaire accueille cette semaine Jean-Jacques Lecercle, professeur émérite de l’université Paris Nanterre.

Résumé

La communication vise à transporter, par traduction culturelle, les trois termes cadres du séminaire (émancipation, aliénation, dialectique) dans les termes d’une philosophie du langage centrée sur la dialectique de l’interpellation et de la contre-interpellation, avec pour objectif ultime une défense et illustration de l’anglistique en tant que discipline unitaire, au cœur de la quelle se trouve la stylistique.

Continuer la lecture de « Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue” »

Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince »

Nous accueillons cette semaine Frédéric Regard au sujet de son travail sur le récit de l’ancienne esclave Mary Prince (1788-1833)

Résumé

Lorsqu’en 1831 paraît en Angleterre The History of Mary Prince, l’effet est considérable. Ce n’est pas seulement qu’il s’agit du premier récit autobiographique d’une femme noire,  c’est surtout que l’ouvrage révèle au public anglais la réalité de la vie des esclaves aux Antilles, déclenchant une indignation de l’opinion qui mènera à l’abolition de l’esclavage. Un tel effet, disproportionné au regard de l’événement, mérite que l’on s’y intéresse de près :quelles stratégies rhétoriques, quels dispositifs énonciatifs, purent donc porter un coup fatal à un système sur lequel reposait pourtant pour bonne part  la richesse de l’Empire britannique ?

Continuer la lecture de « Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince » »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search