Claire Wrobel: Aux origines de la « société de contrôle » ? Relire le roman gothique anglais du XVIIIe siècle au prisme des théories de la surveillance

Claire Wrobel (Université Paris 2-Assas) vient nous parler de son nouvel ouvrage : Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre : 1764-1842. La discutante sera Emmanuelle de Champs (Université de Cergy)

Résumé

Le ressort narratif de l’enfermement et de l’évasion est récurrent dans le roman anglais du XVIIIe siècle. Les tropes mis en place dès le Castle of Otranto (1764), de Horace Walpole, incluent entre ces deux pôles des scènes de poursuite réécrites et développées par la suite. Le roman gothique s’est également montré particulièrement perméable à l’« escapologie » du discours des Lumières, dans lequel l’émancipation était un « mot-clé » (Roy Porter 2000), fournissant en retour de nombreuses métaphores et mises en fiction. Son substrat idéologique peut en ce sens être lu en lien avec une historiographie Whig selon laquelle l’Angleterre du XVIIIe siècle était libérée d’un passé marqué par la prédominance de la « souveraineté » telle que Michel Foucault décrit ce modèle de pouvoir dans Surveiller et punir (1975). Une lecture à contretemps, ou intempestive, du gothique permet de mettre en évidence la tension entre ce modèle et le pouvoir disciplinaire émergent. Cependant la surveillance dans les romans gothiques ne s’exerce pas uniquement au sein d’institutions disciplinaires telles que les monastères, asiles et autres prisons qui abondent par exemple dans Melmoth the Wanderer (1820). Par son aspect insaisissable, elle évoque aussi la « société de contrôle » telle que Gilles Deleuze la définit à partir de 1990. La temporalité complexe du gothique permet ainsi de remettre en question le modèle linéaire selon lequel souveraineté, discipline et contrôle se succèderaient de façon hermétique et d’explorer les « configurations complexes et hétérogènes des manières d’être gouverné » (Olivier Razac 2023). De plus, dans le roman gothique tel que pratiqué par exemple par Ann Radcliffe, l’attention accordée à la place du (dé)chiffrement permet de mettre en perspective la part de mise en récit et d’interprétation qui persiste dans les technologies de surveillance contemporaines. À partir des analyses présentées dans Roman noir, réforme et surveillance en Angleterre (1764-1842), cette intervention tentera d’esquisser ce que pourrait être une archéologie de la surveillance et de ses représentations culturelles dans une perspective « longue durée », qui mobiliserait et complèterait les outils fournis par les « surveillance studies ». 

Continuer la lecture de « Claire Wrobel: Aux origines de la « société de contrôle » ? Relire le roman gothique anglais du XVIIIe siècle au prisme des théories de la surveillance »

Julie Loison-Charles : Les mots français en anglais comme force d’émancipation : trois études de cas entre littérature et traduction

Dans ma communication, j’aimerais explorer trois textes où le français joue un rôle émancipateur, en remontant le fil du temps pour voir les différentes modalités esthétiques, éthiques ou encore politiques que le français peut adopter selon les époques et les histoires littéraires nationales. J’interrogerai aussi la capacité qu’a (ou non) la traduction à conserver, déplacer ou amplifier ce pouvoir d’émancipation, notamment dans le cas difficile où le français est aussi la langue cible de la traduction. 

Continuer la lecture de « Julie Loison-Charles : Les mots français en anglais comme force d’émancipation : trois études de cas entre littérature et traduction »

Fabienne Moine : ‘Songs in the Night’: pratiques poétiques dans les workhouses à l’époque victorienne

La grande majorité des documents relatifs aux workhouses proviennent des sources officielles. Mais l’exploration récente d’écrits de résidents, comme les lettres de plainte, et de productions littéraires, telles certaines autobiographies, modifie le regard porté sur la vie dans les workhouses et ainsi remet en cause la capacité de cette institution à réduire les pauvres au silence. Les poèmes des résidents sont une autre source peu analysée jusqu’à maintenant, principalement parce qu’ils sont rares. Les pratiques poétiques des résidents des workhouses permettent d’explorer les différents rapports que les indigents entretiennent avec le pouvoir institutionnel.

Continuer la lecture de « Fabienne Moine : ‘Songs in the Night’: pratiques poétiques dans les workhouses à l’époque victorienne »

Elise Brault-Dreux : “there is poetry / all over the walls of oncology / and i want to get out” (Sarah Broom)

Presentation

I will be presenting a selection of 20th– and 21st-century British poems that all relate an experience of the hospital. 

Grounded in the philosophy of care, the study of my corpus of poems rests on three interrelated aspects that are at the heart of hospitalization: as soon as he or she enters this so peculiar space, the patient’s social status is jeopardized; this social vulnerability is combined with a primarily physical experience, and with an intense ontological trial. And however one considers hospitalization (in its social, physical, or ontological dimensions), at some point or another it involves a feeling of alienation: the reduction to the sole status of a patient alienates the individual’s social identity; pain, treatment, alteration contribute to a feeling of physical alienation; and the end of the illusion of eternal health that is more or less violently revealed when one arrives in hospital gives way to an intense feeling of ontological alienation.

Continuer la lecture de « Elise Brault-Dreux : “there is poetry / all over the walls of oncology / and i want to get out” (Sarah Broom) »

Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection

Abstract

In the following presentation, Virginia Woolf’s A Room of One’s Own is analysed as a text that paradoxically shows Woolf’s resistance to feminist ideas. This presentation revolves around an ongoing project on women’s resistance to feminism that is being carried out at Aix-Marseille University. The question raised in the Women and the F-word project is: how can we account for women’s reluctance or refusal to be identified as feminists? What feminism, or what aspect of feminist ideas, is targeted by women covertly opposing it? By returning to Woolf’s text, Nicolas Pierre BOILEAU argues that the place of Woolf’s resistance is in her authorial stance and her enunciation, for the author does not oppose the patriarchal institution only, but all discourses which she relentlessly seeks to challenge.

Continuer la lecture de « Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection »

Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue”

Le séminaire accueille cette semaine Jean-Jacques Lecercle, professeur émérite de l’université Paris Nanterre.

Résumé

La communication vise à transporter, par traduction culturelle, les trois termes cadres du séminaire (émancipation, aliénation, dialectique) dans les termes d’une philosophie du langage centrée sur la dialectique de l’interpellation et de la contre-interpellation, avec pour objectif ultime une défense et illustration de l’anglistique en tant que discipline unitaire, au cœur de la quelle se trouve la stylistique.

Continuer la lecture de « Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue” »

Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince »

Nous accueillons cette semaine Frédéric Regard au sujet de son travail sur le récit de l’ancienne esclave Mary Prince (1788-1833)

Résumé

Lorsqu’en 1831 paraît en Angleterre The History of Mary Prince, l’effet est considérable. Ce n’est pas seulement qu’il s’agit du premier récit autobiographique d’une femme noire,  c’est surtout que l’ouvrage révèle au public anglais la réalité de la vie des esclaves aux Antilles, déclenchant une indignation de l’opinion qui mènera à l’abolition de l’esclavage. Un tel effet, disproportionné au regard de l’événement, mérite que l’on s’y intéresse de près :quelles stratégies rhétoriques, quels dispositifs énonciatifs, purent donc porter un coup fatal à un système sur lequel reposait pourtant pour bonne part  la richesse de l’Empire britannique ?

Continuer la lecture de « Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince » »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search