Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection

Abstract

In the following presentation, Virginia Woolf’s A Room of One’s Own is analysed as a text that paradoxically shows Woolf’s resistance to feminist ideas. This presentation revolves around an ongoing project on women’s resistance to feminism that is being carried out at Aix-Marseille University. The question raised in the Women and the F-word project is: how can we account for women’s reluctance or refusal to be identified as feminists? What feminism, or what aspect of feminist ideas, is targeted by women covertly opposing it? By returning to Woolf’s text, Nicolas Pierre BOILEAU argues that the place of Woolf’s resistance is in her authorial stance and her enunciation, for the author does not oppose the patriarchal institution only, but all discourses which she relentlessly seeks to challenge.

Continuer la lecture de « Nicolas Boileau : Woolf’s feminisms – peace, freedom and subjection »

Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue”

Le séminaire accueille cette semaine Jean-Jacques Lecercle, professeur émérite de l’université Paris Nanterre.

Résumé

La communication vise à transporter, par traduction culturelle, les trois termes cadres du séminaire (émancipation, aliénation, dialectique) dans les termes d’une philosophie du langage centrée sur la dialectique de l’interpellation et de la contre-interpellation, avec pour objectif ultime une défense et illustration de l’anglistique en tant que discipline unitaire, au cœur de la quelle se trouve la stylistique.

Continuer la lecture de « Jean-Jacques Lecercle : “Aliénation/émancipation de/par la langue” »

Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince »

Nous accueillons cette semaine Frédéric Regard au sujet de son travail sur le récit de l’ancienne esclave Mary Prince (1788-1833)

Résumé

Lorsqu’en 1831 paraît en Angleterre The History of Mary Prince, l’effet est considérable. Ce n’est pas seulement qu’il s’agit du premier récit autobiographique d’une femme noire,  c’est surtout que l’ouvrage révèle au public anglais la réalité de la vie des esclaves aux Antilles, déclenchant une indignation de l’opinion qui mènera à l’abolition de l’esclavage. Un tel effet, disproportionné au regard de l’événement, mérite que l’on s’y intéresse de près :quelles stratégies rhétoriques, quels dispositifs énonciatifs, purent donc porter un coup fatal à un système sur lequel reposait pourtant pour bonne part  la richesse de l’Empire britannique ?

Continuer la lecture de « Frédéric Regard : « Emancipation, autorité, énonciation : leçons de l’histoire de l’esclave Mary Prince » »