Charlotte Danino : quel modèle mental se dégage des récits d’accouchement ? Une étude de sémantique sociocognitive

Cette communication explore les notions tutélaires du séminaire dans une étude linguistique et discursive des récits d’accouchement anglophones (britannique, américain, australien). Ancré dans un travail sur les récits d’événements et les comptes-rendus d’expérience, l’étude participe d’un travail pluridisciplinaire au sein du Projet Innovant « Birth(ing) Stories » de la Sorbonne Nouvelle. Une première partie de la communication présente les enjeux de l’expérience contemporaine de l’accouchement et de son récit, notamment numérique, base de l’étude. A la fois expérience personnelle intime et événement collectif ritualisé, l’accouchement place l’expérience féminine à l’interface entre vécu intérieur et monde extérieur, entre individu et société, entre nature et culture. Ces interfaces sont largement revisitées tant dans le débat public que dans les sciences humaines et sociales. 

Continuer la lecture de « Charlotte Danino : quel modèle mental se dégage des récits d’accouchement ? Une étude de sémantique sociocognitive »

Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation »

Résumé

Il s’agira d’aborder le vocabulaire de la maladie mentale en anglais, en concentrant l’étude sur les euphémismes, et plus généralement sur toutes les formules d’indirection, utilisés par les patient/es pour référer à la/leur maladie mentale. On reviendra sur les notions clés (« tabou », « euphémismes », « dysphémismes », etc.) et sur les raisons pour lesquelles la maladie – physique comme mentale – demeure un domaine tabou productif d’euphémismes et de formulations indirectes en anglais contemporain. Le corpus sera composé de témoignages de 116 anglophones britanniques, rédigés entre le 31 mai 2017 et le 30 mai 2019, soit sur une période de 2 ans. Les témoignages de la sous-catégorie « Talking about mental health » ont été choisis, car ils représentent un espace d’échanges sur lequel les internautes souffrant de maladies mentales parlent de l’importance de la parole comme moyen d’émancipation de l’aliénation que représentent non seulement la maladie mentale, mais aussi les réactions discursives ou non des « bien-portants ». Ce corpus de quelque 80.000 mots sera tout d’abord analysé quantitativement, afin de voir quels sont les lemmes clés du discours de la maladie mentale, grâce à plusieurs outils de la linguistique outillée. Suivra alors une analyse plus qualitative afin de dégager quels sont les euphémismes et formules d’indirection auxquels les patients ont recours, et si ces derniers permettent de par le recours à un autre signe linguistique de s’émanciper, in fine, de cette aliénation que représente la maladie mentale.

Continuer la lecture de « Denis Jamet : « Les euphémismes de la maladie mentale : entre émancipation et aliénation » »